Biofertilisant: La clé d’une agriculture accessible et rentable dans le canton de Guano, Équateur

bokashi2

Préparation de l’engrais « bokashi »

 Janvier à décembre 2014
Projet réalisé par notre partenaire Cooperativa de servicios multiples « Agro-Vida » (Coosemav) et financé par la Fondation Louise Grenier et la Fondation internationale Roncalli.

Ce projet vise l’amélioration de la sécurité alimentaire, la production propre et le développement durable des communautés du Canton Guano touchées. Dans la progression du projet, il y a eu la formation de plus de 400 familles.  Avec celles-ci, la COOSEMAV a travaillé à la formation sur la production d’engrais organique de type Bokashi. Parallèlement à ces formations, la COOSEMAV a travaillé à la production de ce type d’engrais dans la pépinière de l’organisation. Ce biofertilisant se commercialisera pour tenter un autofinancement de l’organisation et en même temps rendre accessible cet engrais naturel pour les populations du canton Guano.

La stratégie utilisée est de visiter les groupes d’intérêt dans chacune de leur communauté pour réaliser des ateliers théorico-pratiques. Ensuite, il s’établit un délai de 15 jours durant lesquels les groupes d’intérêt mettent en pratique les connaissances acquises durant les ateliers. Les participantes et participants aux ateliers reçoivent un document avec toute l’information en lien avec le thème. De plus, la COOSEMAV distribue de la semoule de blé, de la mélasse, de la levure et des micro-organismes efficients pour la fabrication de leur propre biofertilisant.

Le biofertilisant bokashi est un type d’engrais riche en matière organique, macro et micronutriments essentiels pour les cultures et respectueux de l’environnement. Il est vendu à un prix raisonnable aux producteurs et productrices au niveau local et provincial comme une alternative pour une production « propre », c’est-à-dire respectueuse de l’environnement.

La technologie utilisée est nouvelle dans notre région et est techniquement possible lorsque l’on possède tous les outils nécessaires pour le processus de production. Celui-ci comporte plusieurs étapes : tout d’abord l’acquisition des intrants tels que, bouse de vache, semoule de blé, mélasse, levure de bière, élaboration de micro-organismes efficients et collection de matière verte à broyer. Ensuite, un mélange de matériaux mixtes suivis d’une fermentation. Pour terminer, il y un  emballage et stockage.