Jeunes de la rue à Ouagadougou

L’Unicef rapportait en 2002 que plus de 2000 enfants de 0 à 18 ans vivaient dans la rue au Burkina Faso, dont la majorité se retrouvaient dans la capitale, Ouagadougou. La délinquance juvénile, la drogue, la prostitution, le proxénétisme, la pédophilie, les abus et l’exploitation sexuelle menacent ces jeunes laissés à eux-mêmes.
Compte tenu des difficultés vécues par les jeunes dans la rue, l’Action éducative en milieu ouvert (AEMO) contribue à leur réinsertion économique et favorise chez eux l’apprentissage de la vie en société. Les jeunes de la rue qui fréquentent l’AEMO reçoivent des cours d’alphabétisation et de mise à niveau scolaire. Ils suivent également une formation pré-professionnelle et professionnelle (vannerie, menuiserie et teinture). Un appui institutionnel est également offert à l’AEMO pour mettre à jour ses éducateurs, formateurs et encadreurs.

Description du partenaire
L’Action éducative en milieu ouvert (AEMO) a été créé par une initiative du ministère de l’Action sociale et de la Solidarité nationale du gouvernement burkinabè visant à promouvoir des actions éducatives et préventives auprès des enfants et jeunes dans ou de la rue, âgés de 7 à 21 ans. L’AEMO a comme stratégie d’aller vers le jeune dans son milieu naturel pour établir le dialogue et obtenir sa confiance afin de l’aider à trouver des solutions à son problème. Des ateliers de formation pré-professionnelle (couture, menuiserie, mécanique auto, mécanique moto, vannerie moderne, soudure, etc.) ainsi que des activités d’alphabétisation et récréatives sont au nombre des services offerts par l’AEMO.