Programme de coopération climatique internationale – Projet d’envergure dans les îles du Saloum au Sénéga

Le Centre de solidarité internationale (CSI) du Saguenay–Lac-Saint-Jean recevra une aide financière gouvernementale de 580 500 dollars pour une initiative de coopération internationale visant à augmenter la résilience des écosystèmes et des communautés des îles du Saloum, au Sénégal, une région particulièrement vulnérable aux changements climatiques. L’aide financière est accordée dans le cadre du Programme de coopération climatique internationale, qui est financé par le Fonds vert.

Le projet vise à réduire les pressions exercées par les communautés insulaires sur l’écosystème des mangroves, un allié inestimable pour la protection du mode de vie de ces communautés. À cet effet, il favorisera l’adoption de pratiques plus écoénergétiques et assurera l’utilisation et la commercialisation durables des ressources de cet écosystème, l’amélioration de la sécurité alimentaire et la mise en valeur du rôle et de la position des femmes transformatrices dans les collectivités locales. Il sera réalisé en étroite collaboration avec des institutions locales et les communautés sénégalaises, de manière à assurer une réelle prise en charge locale de la lutte contre les changements climatiques. À terme, les femmes de six fédérations locales de groupements d’intérêt économique, soit environ 750 femmes, formeront le tout premier écosystème d’affaires dynamique des îles du Saloum, où leurs différents produits (coquillages, poissons, savons, etc.) auront un label commun et une image de marque.

Citations :
« Le partenariat avec des organismes tels que le Centre de solidarité internationale du Saguenay–Lac-Saint-Jean, reconnu depuis plus de 35 ans dans la région pour la qualité des projets qu’il mène ici et à l’étranger, est l’un des leviers privilégiés par le gouvernement pour contribuer à l’effort mondial de lutte contre les changements climatiques. Je me réjouis que ce projet porteur, qui aura un impact significatif sur la qualité de vie des populations des îles du Saloum, ait été sélectionné dans le cadre du Programme de coopération climatique internationale que j’ai lancé à Paris. »

Philippe Couillard, premier ministre du Québec, responsable de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean et député de Roberval

« Le Québec répond à l’appel des Nations Unies pour la hausse du financement international des actions climatiques dans les pays en développement. La lutte contre les changements climatiques demande un engagement réel de la part des États fédérés qui possèdent l’expertise requise et la capacité de soutenir les pays les moins favorisés. Ce transfert de connaissances permet non seulement de lutter contre les changements climatiques, mais aussi de stimuler l’économie. C’est pourquoi nous sommes fiers de soutenir le projet du CSI du Saguenay–Lac-Saint-Jean, qui met sa créativité et son expertise au service d’un monde plus sobre en carbone et plus résilient aux changements climatiques. »

David Heurtel, ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques 

« Je me réjouis du financement accordé au CSI du Saguenay–Lac-Saint-Jean dans le cadre du Programme de coopération climatique internationale qui découle du Plan d’action 2013‑2020 sur les changements climatiques. Ce projet viendra accroître la capacité d’adaptation aux changements climatiques des écosystèmes côtiers et des communautés des îles du Saloum, au Sénégal. En appuyant le travail d’organismes comme le CSI du Saguenay–Lac-Saint-Jean, le Québec apporte une contribution concrète et positive aux efforts de lutte contre les changements climatiques dans les pays francophones les plus vulnérables. »

Serge Simard, adjoint parlementaire du premier ministre pour la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean et député de Dubuc

« Bien sûr, l’équipe du CSI est emballée par cette annonce! Ce projet ne pourrait se réaliser sans nos précieux partenaires que sont l’Université du Québec à Chicoutimi, à travers son Laboratoire d’études et de recherches appliquées sur l’Afrique, Agrinova et Transfert Environnement et Société. L’expertise régionale sera ainsi mise à profit et, jumelée à celle du Sénégal, elle permettra d’accroître l’adaptation des communautés des îles du Saloum par rapport aux changements climatiques. De plus, il est important pour nous de mentionner que ce projet favorisera, entre autres, l’autonomie économique des femmes, qui sont davantage touchées par les changements climatiques. »

Sabrina Gauvreau, directrice générale du CSI du Saguenay–Lac-Saint-Jean

Pour plus d’informations:

Stéphanie Roy, Coordonnatrice des projets et des stages–Afrique
Téléphone : 418 668-5211, poste 223

Sabrina Gauvreau, Directrice générale
Téléphone : 418 668-5211, poste 222